Catégorie : Décrire

Lire la Suite

Autographie du port du masque #8. Perfectionnement technique (2/2) 1.08.20

Par Marine Kneubühler, Université de Lausanne

Mardi 11 août 2020. La situation pandémique n’a pas bougé depuis l’instauration de l’obligation de porter le masque dans les transports publics et les commerces de certains cantons au début du mois de juillet. J’ai bien avancé dans mes rapports et, avec un collègue, nous avons prévu un rendez-vous pour faire le point sur l’avancement d’un projet de recherche commun autour d’un repas au restaurant sur le campus de l’Université.

Lire la Suite

Autographie du port du masque #8. Perfectionnement technique (1/2) 11.08.20

Par Marine Kneubühler, Université de Lausanne

Mardi 11 août 2020. La situation pandémique n’a pas bougé depuis l’instauration de l’obligation de porter le masque dans les transports publics et les commerces de certains cantons au début du mois de juillet. J’ai bien avancé dans mes rapports et, avec un collègue, nous avons prévu un rendez-vous pour faire le point sur l’avancement d’un projet de recherche commun autour d’un repas au restaurant sur le campus de l’Université.

Lire la Suite

Autographie du port du masque #7. Si chaud sous mon masque 09.08.20

Par Marine Kneubühler, Université de Lausanne

Dimanche 9 août 2020. Je n’ai toujours pas pris de vacances. Je traîne une grande fatigue mais avancer tranquillement pendant la pause académique de l’été – sans sollicitation, sans réunion, sans ajout de nouveaux délais – m’offre un calme précieux. Aussi, pour tenir, je ne touche pas aux dimanches : dimanche, c’est congé, point.

Lire la Suite

Autographie du port du masque #4. L’oppression en sensations 07.07.20

Par Marine Kneubühler, Université de Lausanne

Lundi, ce sera interdit. Mercredi 1er juillet 2020, la nouvelle est tombée en Suisse. En conférence de presse, le Conseil fédéral a déclaré le port du masque obligatoire dans les transports publics sur tout le territoire suisse avec une entrée en vigueur le lundi 6 juillet. Une obligation relative au masque, c’est ce que je redoutais depuis le début de la pandémie.